Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Projet porté à bout de bras par l'ancienne majorité socialiste d'Alain Rodet, la LGV Limoges-Poitiers était l'objet d'un consensus allant des socialistes à l'extrême-droite en passant par la droite et le centre mais selon des propos rapportés par le collectif "Non à la LGV Limoges-Poitiers et oui au POLT", ce consensus pourrait voler en éclats.

Il faut dire que depuis la publication du rapport Duron, on avait appris que le projet ne pourrait être réalisé que s'il était financé par les collectivités locales ce que la ville de Limoges et Limoges Métropole étaient alors prêtes à faire. Mais avec l'alternance qui s'est produit à Limoges en mars dernier et qui a conduit à l'élection d'Emile-Roger Lombertie (UMP), le ton semble avoir changé. La réalisation de la LGV Limoges-Poitiers s'avèrerait être "une contrainte héritée et un véritable handicap pour le budget" de la ville de Limoges pour le nouveau maire. C'est la raison pour laquelle il ne s'opposerait pas à l'abandon du projet de LGV à la condition qu'il soit remplacé par un projet d'autoroute entre Limoges-Poitiers reprenant l'emprise destinée au départ à la LGV. Les économies générées par l'abandon de la LGV seraient une bouffée d'oxygène pour la ville de Limoges au budget très serré alors que le maire s'est engagé à réduire les impôts locaux au cours de sa mandature.

La réalisation d'une autoroute entre Limoges-Poitiers permettrait de relier par la route les deux ex-capitales régionales en 1h05 contre 1h50 actuellement et de remplacer la très chargée et très accidentogène N147. Elle aurait également le bénéfice de coûter entre 600 et 700 millions d'euros environ soit un tiers seulement de l'enveloppe prévue pour la LGV Limoges-Poitiers (1.6 milliard d'euros). Par ailleurs, elle permettrait le désenclavement du nord de la Haute-Vienne et de l'est de la Vienne à l'inverse de la LGV qui ne ferait que traverser ces territoires. Le gain de temps vers l'ouest de la France serait  également non-négligeable puisqu'il y aurait un gain d'un quart d'heure sur Niort-Limoges (2h00) ou sur un La Rochelle-Limoges (2h30), d'une demi-heure sur un Nantes-Limoges (3h00), de 45 minutes sur un Tours-Limoges (2h00) ou sur un Le Mans-Limoges (3h10)

Il n'est par ailleurs pas stupide de penser accoler à cette autoroute une voie ferrée qui ne soit pas une LGV mais qui permette d'améliorer la liaison entre Limoges et Poitiers actuellement longue et fastidieuse (1h45). Cette voie ferrée aurait un coût très réduit du fait des travaux de terrassement conjoints avec ceux de l'autoroute et bien plus faible que celle d'une LGV car une voie classique nécessite moins de terrassement et des équipements bien moins cher. On peut imaginer un coût d'environ 300 millions d'euros pour cette nouvelle voie ferrée qui permettrait également de desservir des gares comme Bellac ou Lussac-les-Châteaux par exemple en quittant le tracé de l'autoroute pour se raccorder aux voies existantes. Cette nouvelle voie en bien meilleur état que celle existante et bien plus rectiligne puisque suivant le tracé de l'autoroute en grande partie et accompagnée de rectifications de virages, elle permettrait de relier Limoges à Poitiers en 50 minutes à 1 heure.

Limoges sur le point d'abandonner sa LGV contre une autoroute ?
Tag(s) : #Haute-Vienne, #Vienne, #Ferroviaire, #Routier

Partager cet article

Repost 0